Un roman de Louis Codet réédité

retour.jpg

La police Din est très populaire sur les sites de technologie. Cette police est idéale pour créer des titres de pages avec impact.

La librairie La Maison Bleue propose parmi ses nouveautés du moment la réédition d’un roman de Louis Codet, la petite Chiquette chez l’éditeur Sous le Sceau du Tabellion. Ce livre d’une grande fraîcheur a été publié pour la première fois en 1908.

Louis Codet, écrivain, poète et peintre était issu d’une vieille et prestigieuse famille de Saint-Junien. Jean, son père, avait été député puis sénateur de la Haute-Vienne, Louis, son grand-père, fut le premier maire républicain de Saint-Junien de la IIIème République. Lui-même fut un éphémère député de l’arrondissement de Rochechouart en 1908. Il est mort en décembre 1914. Il avait été gravement blessé par un éclat d’obus, il est inhumé au cimetière de Saint-Junien. Il avait 37 ans.

 

Alain Chassagneux rappelle dans sa préface qu’ « il avait le goût du bonheur et aimait furieusement la vie, comme le prouvent assez ses écrits […] comme en attestent aussi les témoignages nombreux de ses amis fidèles, qui en parlent comme d’un homme irréprochable et qui possédait en outre, comme personne, le « don de l’amitié ».

 

La bohème :

 

Dans la petite Chiquette, Louis Codet s’attache à dépeindre l’atmosphère de la vie de bohème à Montmartre à l’aube du XXème siècle, à l’ombre du Moulin de la Galette et des cabarets, du Chat Noir au Lapin Agile.

Là, dans Paris transformé par l’Art Nouveau, Montmartre abrite les amours insouciantes d’un jeune artiste peintre, Caboche et sa modèle Chiquette, jeune femme libre, épousant pleinement l’ère du siècle nouveau. Codet nous raconte là ses souvenirs de jeunesse alors qu’il vivait avec ses amis peintres et poètes une vie de dandy insouciant et enthousiaste, impatient d’embrasser goulûment les promesses du siècle nouveau. Cette fougueuse jeunesse sera broyée quelques années plus tard par la grande guerre. La petite Chiquette est un roman charmant qu’il faut lire comme on déguste une gourmandise, avec en fond sonore la voix d’Aznavour sur le refrain de la bohème.

                                                                                                                                             

Thierry GRANET, Nouvelle Abeille de Saint-Junien du 6 février 2020